dimanche 24 avril 2011

livre d'heures ...




des mots images, ceux qu'on veut avoir écrit, qui ne sont pas de nous, qu'on emprunte, qu'on dépose au creux de son carnet, qu'on emporte
lire jusqu'à plus soif
puis ...


Merci à P. pour ...
lundi 18 avril 2011

on assiste à ses marées, une lecture écrit dans le corps déjà gravé de lectures ; à heure fixe ; peut-être à cause du vent, du parfum venu de loin porté par ces bouffées de lectures, les vagues épousent l'intérieur en pluie fine ; parfois.

2 commentaires:

  1. on ne sait jamais où vont les mots une fois lus, ce billet comme un écho.

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi, je les glisse souvent dans ma gourde, ces mots. Ou je les glisse sous ma langue, jusqu'à plus soif...

    RépondreSupprimer